Suivez le projet Transquadra et Cap Martinique d'Adeosys

La 2ème étape a été avancée encore à cause d’Eole, car nous devrions rencontrer une grosse bulle sans air en plein milieu du Golfe de Gascogne.

Au départ, on sait qu’il va falloir aller vite pour essayer de passer la porte 1 avant le trou d’air (prévu pour jeudi 10 juillet). Tout sera au près avec un vent établi de Nord-Est. Mon choix est de longer toute la côte Espagnole (Cap Finistère, Corogne) avant de piquer au milieu du Golfe de Gascogne.

Il n’y a pas de solution, il est impossible de vraiment dormir pendant les 48 premières heures (si ce n’est de petites pauses de 20 minutes). Au gré des adonnantes et refusantes, je passerais les 48h à osciller entre la 1ère place et la 5ème place en réel).

Arrivée au niveau du Cap Nord de la Corogne, le petit tour dans la baie ne sera pas du tout favorable (pas de vent), et je perdrais quelques places. Moins que certains qui m’accompagnaient depuis 2 jours en tête de course. Fini de longer la terre, direction la porte 1. On peut enfin essayer de se reposer mais ce n’est pas si simple car les pêcheurs espagnols ne mettent pas leur AIS (instrument de repérages des bateaux) en marche. Les pauses ne peuvent donc pas être longues.

Au matin du 11 juillet, je suis à nouveau dans les 5 premiers, mais le vent commence à baisser sérieusement, on n’est pas aller assez vite. Les fichiers météo indiquent qu’en passant au milieu de la porte, on devrait garder du vent. Je prends donc la décision d’aller vers le Nord (laissant les autres devant continuer vers l’Est) et pendant plus de 2h, je me laisse porter par le courant pour retrouver de l’air. Le vent rentre comme prévu et logiquement doit me porter sans problème juste que la porte 2.

A 14h30, le comité de course nous annoncera que la porte 1 sera notre ligne d’arrivée. Dommage pour ceux ayant pris l’option Nord en vue de la porte 2 car nous aurons fait plus de chemin que prévu. Reste à trouver la meilleure route couper au plus tôt la porte.

Je passerais en temps réel, la ligne d’arrivée 6ème des solitaires (juste derrière les Figaro 2 et certains SunFast 3600)

Au final, je serais classé 4ème des solitaires sur 23 bateaux et 7ème sur 36 bateaux (en comptant les doubles et équipages). Je manque le podium pour 3 minutes sur 3 jours de course !